vendredi 2 mars 2012

Born with the sun





Photos : Guilhem Ramblado

Thinking


Toutes les théories auxquelles j'avais cru, toutes les lois et règles que j'avais respecté, toutes les questions que se pose secrètement l'inconscient des êtres depuis la nuit des temps, tout cela s'effaça et s'écroula en moins d'une fraction de seconde, pour ne laisser apparaître que l'évidence même pour laquelle j'étais née et que j'attendais sans le savoir depuis toujours : lui. Pour la première fois depuis longtemps, je souris vraiment. Mais pas de ces sourires coincés, forcés, glissés sous les yeux des autres comme des enveloppes dans une boîte aux lettres, histoire qu’on nous fiche la paix. Histoire de dire que tout va bien alors qu’en nous c’est la tempête, le tsunami. On a envie de crier, crier à la face du vent qu’on est rien du tout, rien du tout sans ce putain de vent, et de tourner, tourner sans fin en regardant le ciel qui nous appartient un peu quand même. C’est ce qu’on se dit à chaque fois.
Ce sourire-là était comme l’éclosion de la première fleur du monde, le premier de ma nouvelle vie. 

Peut-on rattraper le temps qu'on n'a pas perdu ?





L'espace d'un instant, son regard me heurta et nous nous immobilisâmes tous deux, comme quelqu'un qui n'est pas sûr d'avoir retrouvé quelque chose qu'il cherche depuis longtemps, et qu'il croyait perdu.
 Puis, lentement, le temps se remit en place, comme des briques cassées qu'on réemboite. Le monde qui jusque là s'était figé reprit vie. Je restai pétrifiée sur place, sûre et certaine que ce qui venait de se produire là resterait parmi les moments les plus forts de toute ma misérable existence.